Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le monte-escalier : rester chez soi plus longtemps

Sujet pas très glamour aujourd'hui avec le monte-escalier mais la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille.

Seule une minorité de personnes nait handicapées. La majorité des handicaps surviennent brutalement, à tout âge de la vie ( et la majorité des handicaps ne sont pas visibles).

Ma famille a été soudainement touchée par le handicap. Déménager ou ne pas déménager, telle a été rapidement la question. Mes parents sont locataires mais ils aiment leur logement. Ils l'habitent depuis une quinzaine d'années et l'ont beaucoup investi. Se voir diminuer et en plus perdre son habitation, c'était un déchirement.

Leur gros problème est que l'appartement comprend des escaliers. Des jolis escaliers en bois, droits et avec une rampe. Ces escaliers sont devenus dangereux pour ma maman qui souffre de trouble de l'équilibre. Aussi la décision a été prise de se renseigner pour installer un monte-escalier plutôt que déménager.

L'univers des monte-escaliers est obscur. Les recherches sur Internet ne permettent que de découvrir les sites des marques de monte-escaliers qui renvoient sur un numéro de téléphone, des pubs, quelques articles de journaux sur la maison qui finissent sur des demandes de devis avec des numéros de téléphone... Aucun prix n'est affiché. Internet est une jungle où je ne trouve pas l'information. 

Mes parents vont demander plusieurs devis de monte-escaliers (trois minimum sur les conseils de leur propriétaire). En habitant dans la France profonde, difficile de trouver des marques qui se trouvent à proximité. Trois fabricants vont se déplacer sur les deux semaines qui suivent. Par les forums, j'avais évalué le prix entre 3 000 et 3 500 euros. Par la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) et l'APA, il m'a plutôt été expliqué qu'il fallait miser sur 5 000 euros pour un escalier droit  et 8 000 euros si les escaliers tournent.

La mutuelle paierait peut-être une partie, sur avis du médecin expert. L'APA peut également financer  mais ce serait long car il faut la visite d'un ergothérapeute  surbooké (à partir de 60 ans, c'est l'APA qui finance et non plus la MDPH). Le remboursement obtenu serait en plus assez dérisoire par rapport au prix et le dossier serait très lourd administrativement.  Un crédit d'impôt de 25% est également possible. Mais tout cela reste bien cher.

Deux vendeurs sont déjà venus. Deux devis donc : 4 800 euros et 5 500 euros, avec des techniques de vente assez agressives et des réductions si réponse rapide. 

Et le gagnant est Aratal, pour ses techniques de vente les plus correctes.

Tag(s) : #Un peu de ma vie

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :